• Venez explorer l'héritage artistique et culturel de l'Asie au Musée des civilisations asiatiques. En particulier les origines de la population singapourienne à travers l'Asie du Sud Est, la Chine, l'Asie du Sud, l'Asie occidentale et les Peranakans.

    Le musée, très riche, est divisée en différentes galeries réparties sur 3 étages. Le bâtiment, au bord du fleuve Singapour, date de 1860 et abritait les bureaux du gouvernement. Depuis 2003 il a été transformé en musée. Il est accessible à 5 minutes à pied via le MRT Raffles Place.

    Aperçu en image (2'00):

    Rendez-vous au 1er étage dans la galerie "Singapore River" : la rivière a toujours été au centre de la vie sociale et commerciale de Singapour, on trouve des traces archéologiques montrant l'activité importante du lieu qui datent du début du XIVe siècles, dont de nombreux objets exposés.

    Ensuite vous traverserez 2500 ans d'histoire en Asie du Sud-Est, dont certaines pièces en bronze sont datées de 600 ans avant JC. Le commerce a toujours été un facteur primordial, les échanges avec d'autres régions du monde au gré des moussons ont permis de partager et transmettre de nouvelles idées et croyances. Certaines religions aujourd'hui d'importance comme l'hindouisme et le bouddhisme ont été importées de l'Inde et adoptée en Asie du Sud Est. De nombreuses créations artisanales, bijoux en or travaillés, métallurgie et tissages d'étoffes sont exposées. En ce qui concerne les arts du spectacle, un orchestre gamelan javanais est représenté ainsi que des objets (masques et marionnettes) de performances artistiques.

    Musée des civilisations asiatiques - Asian civilisation museum

    Carte de l'Asie du Sud-Est

    Vous arriverez ensuite dans la galerie Asie occidentale, que l'on appelle plutôt en Europe le Moyen-Orient, qui se focalise sur l'Islam et principalement sur l'art de la calligraphie, avec des Corans rehaussés d'or ou incrustés de nacre. Une partie de la galerie est dédiée à la Mosquée (son architecture, son intérieur) et une autre se consacre aux découvertes de savants islamiques datant du IXe siècle dans des domaines tels que les mathématiques, l'astronomie, la médecine ou la chimie.

    Musée des civilisations asiatiques - Asian civilisation museum

    Carte de l'Asie occidentale

    Il est temps d'aller en Chine. Vous y découvrirez l'importance de la religion, du culte des ancêtres ainsi que du système et de la réussite scolaire. L'artisanat, entre autre de la céramique et porcelaine, ont donné lieu à un commerce international d'envergure, où les chinois ont compris très tôt l'intérêt d'adapter leurs produits pour répondre aux différents goûts et exigences de leurs clients. Une exposition temporaire (China Mania, the global passion for porcelain, 800-1900) est ciblée sur la porcelaine et son commerce.

    Musée des civilisations asiatiques - Asian civilisation museum

    Carte de la Chine

    Vous finirez votre tour de l'Asie par l'Asie du Sud. Cette collection explore la diversité et la richesse de la région à travers la religion, la médecine (dont la médecine ayurvédiques, encore en usage aujourd'hui) et la science ainsi que les arts de la scène. La majeure partie de la galerie concerne les objets religieux, en tant que berceau de deux grandes religions que sont l'hindouisme et le bouddhisme.

    Musée des civilisations asiatiques - Asian civilisation museum

     

    Carte de l'Asie du Sud 

    Pour résumer, un musée très riche et intéressant pour ceux et celles qui veulent en savoir plus sur l'Asie et son histoire et mieux comprendre les interactions entre les pays. Bonne visite !


    votre commentaire
  • Enchanteur pays que le Myanmar ! En 5 jours, nous voilà conquis. Tellement d'ailleurs que nous projetons d'y retourner, sur les lieux déjà explorés mais aussi à la découverte d'autres facettes de ce pays envoûtant et complexe.

    Sur 5 jours nous n'avons pas chômé : 
    - Yangon, la capitale, en une grosse demi-journée
    - Avion pour Bagan, pour 1 journée 1/2 sur place 
    - Avion pour le lac Inle où nous sommes restés 1 journée 1/2 (un peu moins à cause des retards d'avion)
    - Retour en avion à Yangon pour la soirée avec retour le lendemain matin pour Singapour

    Vidéo Yangon et Bagan (4 min 18):

    YANGON

    On nous avait dit "ne reste pas longtemps à Yangon, il n'y a pas grand chose à voir" donc nous avons prévu d'y consacrer une grosse demi-journée. Quelle erreur ! Nous n'avons pas eu le temps de voir tout ce que l'on voulait voir. 

    Nous avions un hôtel (folklorique !) en plein centre historique de la ville. Nous avons donc décidé de commencer par visiter les pagodes plus au nord, telle que la Pagode Chaukhtatgyi avec son bouddha couché géant et en face la Pagode Ngahtatgyi avec son gigantesque bouddha assis. Trouver un taxi est plutôt simple, les birmans sont gentils, curieux et très aidants, ils adorent parler de leur pays et de leur culture. Ils parlent à peu près anglais et ne sont pas arnaqueurs. Par contre ils ont une addiction assez infecte qui est la chique. Ils chiquent constamment ! Ce qui entraîne : des crachats toutes les 30 secondes (même quand ils conduisent, ils ouvrent la porte et hop!) et des dents noires. 

    Nous enchaînons ensuite avec la Pagode Shwedagon, le must-see de Yangon. C'est en fait un ensemble de pagodes regroupées dans un même endroit, en haut d'une colline, avec au centre une énorme pagode en or. Les birmans passent beaucoup de temps dans les temples, ce sont de vrais espaces de prière et de vie : pour discuter, pour apprendre, pour ne rien faire, pour se balader. De notre point de vue, Shwedagon est un des plus beau temple qu'on n'ait jamais vu. De différentes architectures, contenant des reliques de Bouddhas, avec des entrées remarquables aux 4 points cardinaux, on peut dire qu'il ne laisse pas indifférent.

    En sortant, nous arrivons devant le People's park, un parc relativement grand qui donne sur la Pagode. Un peu de verdure, assez joli. On fait un tour dans le coin mais on ne s'éloigne pas trop car nous avons envie de retourner à la Pagode Shwedagon de nuit. Le soir il y a beaucoup moins de monde, quelques moines en prière, et surtout on découvre que les birmans aiment le kitsch : tous les bouddhas sont surplombés d'une auréole multicolore qui clignote, qui tourne, qui change de couleur. 

    Le dernier soir nous avons visité Botataung Paya et la Pagode Sule, très près de notre hôtel. Botataung Paya renferme une relique de Bouddha, un de ses cheveux. Celle-ci est au centre d'impressionnants couloirs tout en or.

    Nous constatons qu'il existe une vie nocturne assez prononcé. Les gens jouent au foot ou font leurs courses de nuit, des étals sur les trottoirs fleurissent, que ce soit pour acheter des vêtements, des objets ou à manger. Les birmans mangent beaucoup dans la rue, parfois presque à même le sol ou prennent des snacks à emporter. Ce qui permet de manger pour vraiment pas cher. 

    Yangon reste un endroit sale, ça sent mauvais un peu partout, comme souvent en Asie il y a beaucoup de chiens errants et surtout ils conduisent très mal. A leur décharge, ils ont des voitures anglaises (donc le volant à droite) sauf qu'ils circulent comme nous (donc ils roulent à droite) ce qui parfois rend les choses compliquées voire même dangereuses. Dans le pays il est possible de payer avec la monnaie locale, les kyats (prononcer "tchiat") mais également avec des dollars US, cela peut bien dépanner d'en avoir. Par contre veiller à ce qu'ils soient neufs ou alors en excellent état : à la moindre trace de pliage, de stylo ou autre, ils seront refusés. En règle général il vaut mieux payer en kyats, sinon les birmans arrondissent avec le taux de change pour qu'il soit à leur avantage.

    BAGAN

    Le lendemain matin très tôt (5h30!), départ pour Bagan ! Enfin pour Nyaung U, l'aéroport le plus proche de Bagan, à 4 km de là. Coup de chance, un des taxi que l'on a pris sur Yangon a contacté pour nous un taxi sur Bagan pour venir nous chercher. On estime qu'il y a plus de 4000 monuments (stupa, temples et pagodes) à Bagan, on a décidé de garder le chauffeur toute la journée pour qu'il nous montre les plus importants. Je ne vous conseillerais pas de faire cela : rentrez à votre hôtel, louez des vélos électriques, prenez un plan et visitez par vous-mêmes. Cela rend l'expérience beaucoup plus fortes et ça coûte moins cher ! 

    Notre chauffeur de taxi parlait mal anglais, ce qui est dommage car nous avions plein de questions sur Bagan, les temples, la ville, la Birmanie. En voiture, cela va vite d'un temple à un autre, on en a vu des dizaines, de toute style, de toute taille, de toute époque. Les monuments auraient été principalement construits entre le Xe et le XIIIe siècle, avec des influences diverses (d'Inde, du Tibet...). Notre taxi nous amène également dans une fabrique de laque, où tout se fait à la main. On nous explique la conception et nous montre les personnes qui travaillent - dans des conditions pas faciles. Pour la pause déjeuner, nous demandons à manger birman : il nous conduit dans un restaurant où l'on sert plein de petites assiettes sur la table. Ils appellent ça "buffet". On avait déjà vu ce système à Yangon. On ne choisit pas, ils servent plein de plats et on mange ce que l'on veut ; cela permet de goûter et ça vaut le coup ! Il nous emmène ensuite dans un village perdu au fin fond de Bagan où une femme nous fait visiter son village. C'est très rustique et "à l'ancienne", malgré tout ils marchent à l'énergie solaire ! Les femmes portent du thanaka, une pâte blanche, sorte de crème épaisse, qu'elles mettent sur le visage. Souvent deux grands ronds qui recouvrent les joues ! Cela permet de se protéger du soleil mais aussi d'hydrater la peau. En Birmanie, hommes et femmes portent une espèce de jupe, le longyi.

    En fin de journée, vers 17h30, direction un temple sur lequel on peut monter pour admirer le coucher de soleil. Très beau, avec un effet "découpage" du au contre-jour des temples sur le soleil. Cela nous met en appétit pour le lever de soleil, réputé comme un des plus beaux au monde. 

    Le lendemain, on veut être à 5h30 en haut de la pagode Shwesandaw pour avoir une bonne place et voir quelque chose. C'est la pagode la plus connue pour les levers et couchers de soleil, on s'attend à y voir du monde. Finalement, ce n'est pas aussi blindé que l'on aurait pu craindre. On a loué des electro-bike - scooters électriques, pas toujours faciles à manier dans le sable - pour la journée. Nous ne sommes pas déçus par le spectacle : les pagodes apparaissent au fur et à mesure que le soleil se lève, une brume se développe rendant l'endroit surnaturel et des montgolfières prennent leur envol pour donner à la vue une dimension encore plus surréaliste. 

    Tout le reste de la journée nous naviguons sur nos scooters, au gré de nos envies, sur les routes sablonneuses, à la découverte de temples plusieurs fois centenaires qu'on a l'impression d'être les premiers à repérer. Sentiment de liberté totale. 

    Nous sommes début décembre, il fait assez froid le soir (et le matin très tôt!) mais assez chaud dans la journée, donc prévoir de quoi se couvrir. De toute façon dans les temples, c'est bras et jambes obligatoirement couverts (d'où l'intérêt d'acheter un longyi) et pieds forcément nus.

    Vidéo lac Inle (2 min):

    LAC INLE

    Le lendemain, il nous faut déjà partir. Notre avion est à 7h55, direction Heho, l'aéroport le plus proche de Nyaungshwe, à 35 km. Il faut environ 1h30 de vol pour rejoindre Heho mais pas de chance, il y a retard sur retard, ce qui nous inquiète car nous avons peu de temps sur place : notre avion retour pour Yangon est le lendemain vers 16h. 

    Nous finissons par avoir un avion mais il est déjà tard. Une fois arrivés à Heho, nous n'avons pas de chauffeur de taxi. Nous en trouvons un qui propose un tarif assez cher pour rejoindre Nyaungshwe et ne veut pas en démordre. Nous trouvons alors 2 autres français également à la recherche d'un taxi pour le lac Inle et décidons de le partager. D'ailleurs, je vous conseille de faire la même chose car quasiment tout le monde va au même endroit, ça permet de réduire les frais et de rencontrer des gens ! 

    Il nous faut plus d'une heure pour arriver à Nyaungshwe et trouver notre hôtel. Nous leur demandons de nous dénicher un bateau qui peut nous faire visiter le lac Inle avant que le soleil se couche. C'est possible même si on verra pas tous les points intéressants. Pas grave, c'est parti ! 

    Le lac est incroyable, entre le reflet du ciel et l'horizon, on a l'impression que le ciel et le lac ne font qu'un. Les seuls éléments perturbateurs sont les oiseaux qui volent et se posent sur l'eau et les pêcheurs avec leur balancement du pied. 

    On commence par un resto sur l'eau car il est presque 15h et nous n'avons pas mangé ! Très sympa. Ensuite on enchaîne les visites. Tout ce fait sur l'eau, il y a littéralement un village sur le lac. Vie a priori rudimentaire mais assez impressionnante. Nous y voyons une fabrique d'ombrelles, de bijoux en argent, de tissus (lotus et soie) et fabrique de vêtements, de cigares, un forgeron, passage par le jardin flottant (et oui, vivre sur un lac n'empêche pas de cultiver fleurs et légumes !) et enfin arrêt par la Pagode Phaung Daw Oo La et le Monastère des chats sauteurs

    Le lendemain, nous louons des vélos à notre hôtel pour parcourir les alentours du lac, sur les terres. Nous descendons par le côté ouest du lac vers les sources d'eau chaude. Pendant le trajet, nous nous arrêtons dès que l'on croise quelque chose qui a retenu notre intérêt : stupas cachées, vue sur le lac en hauteur, temples. Pour les sources, nous n'avons pas pris notre maillot de bain mais je vous conseille de le faire si vous passez par là ! D'autant plus que la route est très accidentée, un bon bain d'eau chaude ne nous aurait pas fait de mal ! 

    Nous décidons ensuite de traverser le lac d'ouest en est et remonter ensuite vers notre hôtel à Nyaungshwe. Ce côté là des terres est moins sympa : il y a beaucoup plus de circulations dont plein de camions. Puis il commence à faire nuit, ça motive à rouler plus vite ! Ne pas oublier : malgré les apparences, ici on roule à droite. 

    Puis il est déjà temps de rentrer à Yangon pour la soirée puis à Singapour le lendemain matin. Cinq jours cela passe vite malgré que l'on se soit levé quasiment tous les jours à 5h ! On ne saurait trop vous conseiller de découvrir le Myanmar avant que certaines pratiques disparaissent ou que des constructions touristiques viennent gâcher les paysages encore sauvages. 

    Le Myanmar (Birmanie) en 5 jours

     

    Le Myanmar (Birmanie) en 5 jours

    Lever de soleil à Bagan     Lever de soleil à Bagan

    Le Myanmar (Birmanie) en 5 jours

       

    Le Myanmar (Birmanie) en 5 jours

    Un pêcheur sur le lac Inle   Le lac Inle 

    Le Myanmar (Birmanie) en 5 jours

      

     

    Pourquoi le pays est parfois appelé Birmanie et parfois Myanmar ? 

    Jusqu'en 1989, le pays était appelé la "Birmanie" (Burma). La junte militaire alors au pouvoir a arbitrairement changé le nom en "Myanmar". Certains pays ne reconnaissent pas ce changement de nom, qui a été imposé au peuple birman. Cela dit dans le pays, nous avons constaté que les birmans considéraient leur pays comme le Myanmar - comme le démontre la photo ci-contre.

     

     


    4 commentaires
  • Ma nomination aux Liebster Awards !

    J'ai reçu un Liebster Awards ! Cette (très bonne) initiative permet à des nouveaux blogueurs de se faire connaître et de faire connaitre leur blog. Et c'est assez drôle !

    C'est MzelleBreizh de Breizh-Trotteuse - ou les aventures d'une jeune  bretonne à travers le monde - qui me l'a décerné (et je l'en remercie!).

     

    Comment ça marche ?

    C'est très simple :
    - un blogueur nominé doit répondre aux 11 questions de la personne qui l'a nominé
    - écrire 11 choses sur lui sur son blog
    - poser 11 nouvelles questions et nominer 11 blogueurs ayant moins de 200 abonnés pour y répondre ! Et pas le droit de nominer la personne qui vous l'a décerné, sinon ce serait trop facile.
    En action, ça donne quoi ?

     

    11 choses (sans queue ni tête) sur moi

    1. Je suis plus salé que sucré mais ça n'empêche pas d'adorer les éclairs au chocolat, les petits écoliers (vive les goûters!) et le chocolat fourré à la pâte d'amande.

    2. Suite à un séjour en Asie, j'arrive à peu près à me repérer dans les différentes cuisines asiatiques : qu'est-ce qui est vietnamien, thai, coréen ou japonais...

    3. Je bois du thé (ou du café) à peu près 5 fois dans la journée, parfois je me dis que c'est un peu trop....

    4. En Asie, un truc qui m'a beaucoup manqué est un verre de vin rouge (ou plus!) pendant les repas. Ou sinon à 16$ le verre (et pas toujours terrible, terrible) mais dans ce cas là, tu n'en prends qu'un.

    5. Et oui tout ce que je raconte sur moi jusque là est lié de près ou de loin à la nourriture et la boisson, ce n'est pas sans raison ! Tout comme les singapouriens, c'est un de mes passe-temps préféré.

    6. J'ai trop de mal à choisir un parfum, au bout du 3e, j'ai l'impression qu'ils sentent tous pareils et au bout du 10e, j'ai mal à la tête!

    7. Je privilégie les vidéos dans mon blog plutôt que les photos car je suis nulle en photo. D'ailleurs je n'ai pas d'appareil photo, seulement une caméra numérique.

    8. J'aime bien garder des "souvenirs" : tickets d'entrée, plans de ville de pays visités... je me dis toujours que j'en ferais quelque chose et finalement, je n'en fais rien.

    9. Dans l'horoscope occidental je suis bélier et dans l'horoscope chinois je suis rat (les meilleurs ;-) )

    10. Je déteste, mais alors déteste, faire du running.

    11. Je préfère la chaleur au froid donc je pense que c'est une bonne chose d'avoir plutôt fait notre séjour de 6 mois à Singapour plutôt qu'en Islande (quoi que ça a l'air vraiment très beau, l'Islande!).

     

    Les 11 questions de MzelleBreizh

    1. Quel est ton meilleur souvenir de voyage ?

    A Bagan au Myanmar (Birmanie), on s'est levé à 5h du matin, enfourché nos scooters électriques et on s'est rendu en haut d'un temple plus que centenaire pour découvrir un lever de soleil vraiment magique. Expérience inoubliable ! 

    2. Quel est ta pire galère de voyage ?

    Petite frayeur en avion aux Philippines pour arriver à Palawan de Manille. Au moment de descendre vers l'aéroport, trains d’atterrissage sortis, le capitaine remet les gaz et reprend de l'altitude en nous expliquant qu'il n'arrive pas à atterrir car il y a trop de vent, qu'il allait retenter et que si ça ne marchait pas (?!), on devrait rentrer à Manille. Comment dire...

    3. La chose que tu veux faire au moins une fois dans ta vie

    Incontestablement de la chute libre ! 

    4. Plutôt Mer ou Montagne ?

    Mer à fond ! Avec soleil, sable blanc fin et palmiers, c’est encore mieux ;) 

    5. Une chanson que tu peux écouter en boucle sans te lasser

    J’adore la musique mais je n’ai pas de chanson phare. J'aime bien changer et découvrir de nouvelles mélodies.

    6. Un lieu qui ta déçu par rapport à ce que tu attendais 

    La baie d’Halong, mais seulement à cause du temps. On avait prévu d'y aller en novembre car selon certains sites, le meilleur moment pour aller dans le nord du Vietnam est cette période. Or la baie d'Halong commence à se couvrir de brouillard en novembre pour être totalement invisible en décembre - dixit les locaux. Mauvaise information :/

    7. Un super endroit trouvé par hasard ou sur les conseils des locaux 

    Aux Philippines, dans l'Archipel de Bacuit, nous voulions passer une journée sur une île mais aucune idée d’où aller. Nous avons demandé conseil à un local qui nous a déposé en bateau sur une île magnifique, Pinagbuyutan island. La plus belle île qu'on n'ait jamais vu !


    8. Comment t’occupes-tu pendant les longs trajets ?

    En voyage, lecture du guide du pays pour tout savoir sur la culture locale, la langue, l’histoire…


    9. Qu’est ce qui te manque le plus quand tu es loin de la France ?

    Mes ami(e)s et ma famille !


    10. Un lieu qui ne te fait absolument pas envie
     

    En général, les pays en –stan m’attirent moins (Kazakhstan, Ouzbékistan, Turkménistan, Afghanistan…).


    11. Ta destination de rêve 

    Il y en a trop ! Après avoir fait 6 mois en Asie j’aimerais vraiment découvrir l’Amérique Latine où je n'ai encore jamais mis les pieds !

     

    Les 11 blogs à qui je donne un Liebster Awards

    Les pieds dans le Bo Bun de Lilipom et son tour du monde.

    Croc'Asia de Paupoiss pour ses découvertes cultures et culinaires en Asie.

    Pack2life des Roucouldoux, blog tour du monde tout en humour ! 

    L'instant Claire avec ses jolis DIY et ses photos de voyages.

    Ganache-routes de Marie-Ganache sur ses nombreuses explorations en Asie.

    Asie Autrement pour découvrir l'Asie avec un autre oeil (sa page Hellocoton).

    Un parfum d'Asie du sud par le-blog-d-annabelle qui décrypte joliment la culture indienne et des pays alentours (sa page Hellocoton).

    La planète est toquée, un blog dédié aux découvertes culinaires à travers le monde (sa page Hellocoton).

    Carnet de voyageur de Little Craver et ses conseils voyages (sa page Hellocoton).

    Carnet de curiosités (sa page Hellocoton) cette fois sur l'Amérique Latine (et oui il n'y a pas que l'Asie dans la vie!).

    Carnets de voyage photos de Charlotte et Nicolas entre la France et le reste du monde, le tout en images (leur page Hellocoton).

      

    Mes 11 questions (sans queue ni tête également!)

    Pourquoi as-tu appelé ton blog comme ça ?

    Ton anecdote ou ta rencontre la plus incroyable ?

    Quelle est ton activité de prédilection ?

    Dans combien de langues sais-tu dire "bonjour" ou "merci" ? 

    Si tu devais changer de pays, où irais-tu ?

    Plutôt mots croisés ou roman ? 

    Prépares-tu bien à l'avance tes voyages ou es-tu plutôt à l'arrache ?

    Le meilleur plat (ou le plus insolite) que tu as goûté ? 

    Ta prochaine destination ?

    Que peut-on te souhaiter pour 2015 ?

    Où te vois-tu dans 10 ans ?

     

    Hâte de vous lire et de mieux vous découvrir !

     


    3 commentaires
  • Aujourd'hui je vous propose d'aller à la rencontre de Delphine, une globe-trotteuse avérée. Car oui, Delphine est une aventurière : elle fait ce que beaucoup rêve et peu ose faire ! Poser un congé sabbatique d'un an, mettre son sac sur le dos et partir faire un tour du monde en solitaire. Elle tient le blog Les pieds dans le Bo Bun pour raconter ses histoires. Après 4 mois de vadrouille, de rencontres, de découvertes, nous l’avons vue lors de son étape à Singapour.

     

    A la rencontre de Delphine, globe-trotteuse


    - Tout le monde en rêve et peu le font. Comment t'es-tu décidée à sauter le pas ?

    Ces dernières années, je me suis beaucoup investie et épanouie professionnellement, mais ma passion pour les voyages et la rencontre de modes de vie différents s'est renforcée. En parcourant les blogs des tours du mondiste, je me suis rendue compte que cette liberté de parcourir le monde en prenant une année sabbatique n'était pas si utopique que ça. Réalisant en même temps que l'on a qu'une vie, qu'elle est courte et se dessine en fonction des choix que l'on fait, j'ai essayé d'imaginer à quoi ressemblerait mon voyage de rêve en contemplant une carte du monde et en me promenant sur le net. Et l'idée s'est installée comme une évidence immanquable à faire maintenant pour mes 30 ans, sans attendre d'être trop vieux ou d'avoir trop de responsabilités.

     

    A la rencontre de Delphine, globe-trotteuse


    - Comment t’es-tu préparée à partir un an sac au dos en solitaire ? 

    Prendre son temps pour découvrir un pays et voyager seule sont deux clés d'épanouissement pour moi. Voyager au long court permet de passer plus de temps avec les gens rencontrés et dans des coins isolés. Cela permet d'être en contact avec un quotidien plus authentique, moins époustouflant peut être mais tellement plus riche. Lorsque l'on n'a que quelques semaines de vacances, on peut avoir tendance à se focaliser sur les lieux incontournables mais du coup très touristiques, et à passer peu de temps dans chaque lieu en étant contraint par le temps.  

     

    - Avez-tu des craintes de partir seule ?

    En voyageant seul, on s'ouvre beaucoup plus facilement aux autres et c'est une belle occasion de prendre confiance en soi et de découvrir à quel point on est plus fort que ce que l'on imagine. C'est aussi pour moi une belle occasion de méditer et de prendre du recul sur sa vie. Je n'avais pas d'appréhension à voyager seule car j'étais déjà partie plusieurs fois seule 1 mois. Mon appréhension était davantage et perdre contact avec mes proches en France. Beaucoup de personnes étaient étonnées de rencontrer une voyageuse en solitaire. De nombreuses femmes ont partagé leur rêve de faire de même et les barrières culturelles qui les freinaient. En voyageant seule, vous trouvez toujours quelqu'un pour vous aider conseiller ou dépanner. En Asie, seuls les pays musulmans ont été plus compliqués car n'étant pas voilée, j'attirais beaucoup plus l'attention. Seul conseil, suivez votre instinct et soyez attentif et respectueux des cultures de chaque lieu.

     

    A la rencontre de Delphine, globe-trotteuse

          

    A la rencontre de Delphine, globe-trotteuse

    - Quel est le pays que tu as préféré jusqu’à présent et pourquoi ?

    Il est toujours difficile de répondre à cette question car chaque pays vous transforme. Les volcans d'Indonésie, l'observation d'éléphants utilisés dans les villages au Laos sont des expériences qui m'ont enchantées, mais le pays qui m'a le plus marqué jusqu'à maintenant est la Birmanie. Chaque journée à été marquée par des rencontres magiques grâce à l'authenticité du rapport aux habitants, à leur gentillesse et leurs sourires. Un moment simple et magique a été par exemple cette ballade en moto vers Mawlamyine où bien décidée à me perdre, je prends une route au hasard qui semble se diriger vers le haut d'une montagne pour avoir un beau point de vue. 40 minutes plus tard, je suis toujours en train de grimper et j'arrive finalement devant une pagode perdue et magnifique. Il est vers midi et en garant ma moto pour me promener, j'entends des appels. En fait ce sont toutes les nonnes qui m'appellent pour m'inviter à déjeuner sous les regards amusés et curieux des moines. Déjeuner gargantuesque et délicieux, vue époustouflante sur la région, discussions passionnantes avec les jeunes filles... Un très beau souvenir ! 

     

    A la rencontre de Delphine, globe-trotteuse

    A la rencontre de Delphine, globe-trotteuse

    A la rencontre de Delphine, globe-trotteuse

     

    - Qu'as-tu pensé de Singapour ? 

    Je suis ravie d'avoir découvert Singapour, qui n'était pas du tout prévu dans mon parcours. Ayant eu la chance d'être à la marina sur un bateau, j'ai pu partager mes journées avec des singapouriens et notre passion commune : la nourriture ! Le shopping et la nourriture sont en effet les 2 points forts de cette ville état pour moi. Et n'étant pas fan de shopping, je me suis régalée à découvrir les plats asiatiques variés, délicieux; pour 3$ dans les foodcourts, ces sortes de cantine fantastiques ! Singapour est une étape agréable en Asie car tout est si bien organisé, tout le monde parle anglais,... C'est un bon moyen de recharger les batteries avant de repartir vers des contrées plus stimulantes mais nécessitant davantage d'adaptation. J'ai adoré le zoo dont le cadre est déjà en soi très agréable et où la multitude d'animaux présents est époustouflante. Lémuriens, singes nasiques, ours polaire, orang-outan... 


    - Que peut-on te souhaiter pour 2015 ?

    De belles rencontres en Australie et Amérique latine et autant d'énergie et de motivation pour mes prochains projets à mon retour en France ! 

     

    Les conseils de Delphine pour préparer son voyage: 

    - Les apéros voyageurs organisés par l'association Les passeurs d'aventure qui permet d'échanger des conseils et de rencontrer des voyageurs : http://www.passdav.fr

    - Blogs de conseils de préparation de voyage : http://www.voyageautourdumonde.fr/ 

    - Super outil gratuit pour planifier et calculer automatiquement son budget annuel : http://jaiuneouverture.com/tag/budget/ 

    - Le site tour du monde ziptravel (super prix mais bien connaître son trajet avant de demander un devis): https://www.zip-world.fr 

    - Récit de voyage : Bernard OLLIVIER - Longue marche ou le courage et les rencontres d'un homme de 62 ans, qui décide de partir avec un sac à dos sur la Route de la Soie. De Istanbul à Xian, le parcours de 12000 kilomètres est prévu sur 4 ans en 4 étapes, si tout va bien. Une véritable aventure !

    - Son blog : Les pieds dans le Bo Bun

     


    votre commentaire
  • Suite de la première partie.

    Nous avons demandé à être déposé et récupéré sur Pinagbuyutan Island (la dernière île du tour B). Conseils aux voyageurs : nous avions demandé à notre hôtel de l'organiser, ils demandaient 2500 pesos pour le trajet, 4000 pesos avec le déjeuner. Nous avons ensuite demandé à des locaux qui avaient des bateaux sur la plage de Marimegmeg et ils nous l'ont proposé pour 1200 pesos. 

    Leur bateau était tout petit, on tenait à peine dessus, mais le temps était magnifique, la mer assez calme comparée aux autres jours. Ils nous ont déposés sur l'île, petite, superbe, avec personne à part nous et 3 chèvres ! Sur l'île, un gros rocher au milieu et plein de palmiers autour font penser à Jurassik Park. Un peu d'herbe avant la plage, idéal pour poser sa serviette. La mer est peut profonde, cristalline. Nous avions acheté des sandwichs sur la plage et nous avons passé la journée là - le top! Comme on a été seul quasiment toute la journée, on a rebaptisé cette 'île "notre île" - à notre décharge son vrai nom est imprononçable ! 

    10 jours aux Philippines (2/2)

    Il était ensuite temps de quitter El Nido pour retourner sur Puerto Princesa une nuit avant de prendre la direction de Boracay

    10 jours aux Philippines (2/2)

    Pour aller de Palawan à Boracay, c'est assez compliqué. Nous avons du refaire escale à Manille. Dans les petits aéroports, tout est à l'ancienne : pesée des valises sur des énormes balances à aiguille et cartes d'embarquement faites à la main, cela demande un peu de temps. L'avion pour Manille était bien en retard et celui pour Kalibo également (le pire atterrissage de ma vie) donc au lieu d'arriver en fin d'après-midi, nous sommes arrivés en début de soirée. Nous prenions la compagnie Cebu Pacific; ce qui est assez drôle, c'est qu'ils font des jeux dans l'avion, quelque soit sa taille. En l'occurrence un blind test : une hôtesse chante un chant de Noël, les passagers doivent deviner le titre et vous gagnez des goodies. 

    Arrivés à Kalibo, il nous fallait trouver un mini-van pour Caticlan. Quasiment tous les mini-vans étaient réservés et pleins, nous n'en avons trouvé qu'un disponible pour 200 pesos. Il faut 1h30 pour arriver au port de Caticlan, où aucune indication n'est donnée, donc pour info (conseils aux voyageurs)
    - il faut d'abord passer au guichet pour payer la taxe environnemental (75 pesos)
    - passer par un 2e guichet (ils sont côté à côté mais à l'extérieur du terminal) pour payer la taxe du terminal (100 pesos)
    - ensuite seulement vous pouvez rentrer pour accéder aux bateaux - on vous demandera les 2 tickets pour vous laisser passer.

    Là non plus, aucune organisation : 2 portes qui donnent sur le port, aucune idée d'où il faut aller, où il faut faire la queue et quand les bateaux partent. Des personnes passent devant, d'autres sont recalées, on ne sait pas pourquoi.

    On a enfin le droit de passer et nous voyons un énorme ferry (de ceux qui transportent aussi voitures et bus) en train de débarquer et à côté 2 petits bateaux ballottés par les grosses vagues de la nuit. C'est là qu'on nous signale que nous devons aller prendre un de ces 2 bateaux. Rien que pour monter dessus, avec les vagues et les valises dans le noir, ça n'a pas été facile. Et le capitaine du bateau a triplé les prix de la traversée (100 pesos au lieu de 30).

    Heureusement, la traversée est assez courte (15 minutes) mais elle parait une éternité tellement les vagues font des creux de plusieurs mètres et qu'on a l'impression que le bateau va se retourner. D'autant que les gilets de sauvetage (pour une fois qu'on se dit que ça peut être utile!) tombent en miettes. J'aurais préféré le ferry ! Le seul avantage c'est qu'on arrive beaucoup plus tôt sur le port de Boracay, ce qui n'est pas négligeable car il est déjà 23h30. 

    De nombreux tricycles sont là à attendre les passagers pour les amener à leurs hôtels. Problème : notre hôtel n'est pas connu des différents tricycles que l'on sollicite. Finalement l'un d'entre eux accepte de nous emmener et nous dépose à l'entrée de la station 2 où nous allons marcher, galérer avec les valises dans le sable, demander à une dizaine de personnes dont 2 policiers de nous aider à trouver notre hôtel, mais personne ne connait. Au bout de 30 minutes, on rentre dans un autre hôtel en bord de plage pour demander de l'aide et nous sommes très bien reçus : ils appellent notre hôtel et l'agent de sécurité vient nous chercher. On est épuisé ! Au final, il nous a fallu 14h pour arriver jusqu'à notre chambre. Nous avons trouvé que le trajet pour Boracay était beaucoup plus compliqué que pour El Nido malgré ce que nous avons lu dans les guides et blogs. Sauf si vous passez par une agence qui s'occupe de tout - ce que j'aurais tendance à conseiller ! 

    10 jours aux Philippines (2/2)

    Boracay est une île de fête ! La plage White Beach fait penser à une île de Thailande type Ko Samui ou Bali côté Kuta, mais avec du sable plus fin, une eau plus turquoise et plus de palmiers. Dans certaines boîtes de nuit sur la plage, il faut avoir un casque sans fil pour entendre la musique, c'est très drôle de voir les gens danser sans entendre le son.

    Sur Boracay : 
    - nous avons passé un après-midi sur Puka beach, au nord de l'île. Mais au mois de décembre, il y a beaucoup de vent ce n'était pas très agréable. La plage reste très belle. 

    10 jours aux Philippines (2/2)


    - nous sommes allés faire un tour sur Bulabog Beach, sur la côté est. Beaucoup de vent également, de nombreuses écoles de kitesurf se sont d'ailleurs installées là. Des dizaines et des dizaines de voiles flottent dans les airs, faisant virevolter leurs pratiquants.

    10 jours aux Philippines (2/2)


    - tous les restaurants, bars et boîtes se trouvent essentiellement sur White Beach, sur la côté ouest, longue d'environ 5 km et divisée en 3 stations. A cette époque de l'année (fin décembre), elle est plus protégée du vent, donc plus agréable. Et elle porte bien son nom : sable fin d'un blanc incroyable, eau turquoise, plein de palmiers en bord de plage. La station 1 est l'endroit le moins animé de la plage; la majorité des bars et restos se situent entre les stations 2 et 3.

    10 jours aux Philippines (2/2)

    Pour le retour sur Singapour, le voyage a été un peu compliqué. Au port pour retourner sur Caticlan, aucune organisation. Beaucoup de monde, beaucoup de queue, pas d'indication. Ne pas oublier de payer la taxe du terminal (encore) avant d'acheter le ticket pour le bateau. Nous étions habillés prêts à prendre l'avion, avec les valises. Arrivée sur Caticlan, au lieu de nous débarquer sur le port, ils nous ont débarqué sur la plage ! Au milieu des vagues et du sable remué.... j'ai du jeter mes chaussures, après ça elles étaient foutues et changer de pantalon à l'aéroport. 

    Bon à savoir sur les Philippines :
    - Il y a beaucoup de mots en espagnol aux Philippines du à la longue colonisation hispanique mais cette langue est peu parlée par la population. On la retrouve dans la dénomination de la population locale "filipino" / "filipina", certains noms de plage comme "Las Cabañas". Le filipino est d'ailleurs la langue nationale.

    - Attention : à l'aéroport au moment de quitter l'île, prévoyez de l'argent pour payer la taxe d'aéroport de 550 pesos.  

    -Quasiment tous nos vols ont eu du retard, d'autres vols ont été annulés, l'organisation en général est très mauvaise donc ne pas prévoir des timings trop courts. 

    - Nous avons constatés que certains guides de voyage donnent beaucoup de précaution (réserver en avance...) alors que sur place en réalité, c'est beaucoup plus relax. 

    - Dans tous les hôtels et restaurants où nous avons été, du wifi était disponible mais fonctionne très très mal donc ne pas compter dessus.

    Dans l'ensemble, voyage incroyable, les Philippines sont vraiment un endroit magnifique, particulièrement l'archipel de Bacuit. Par contre je conseille d'éviter les îles trop éloignées et galères d'accès. Il vaut mieux aller d'îles en îles, facilement, et prendre le temps de voir et voyager. 

    Pour (re)voir la vidéo qui illustre notre voyage : 

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires