• Enchanteur pays que le Myanmar ! En 5 jours, nous voilà conquis. Tellement d'ailleurs que nous projetons d'y retourner, sur les lieux déjà explorés mais aussi à la découverte d'autres facettes de ce pays envoûtant et complexe.

    Sur 5 jours nous n'avons pas chômé : 
    - Yangon, la capitale, en une grosse demi-journée
    - Avion pour Bagan, pour 1 journée 1/2 sur place 
    - Avion pour le lac Inle où nous sommes restés 1 journée 1/2 (un peu moins à cause des retards d'avion)
    - Retour en avion à Yangon pour la soirée avec retour le lendemain matin pour Singapour

    Vidéo Yangon et Bagan (4 min 18):

    YANGON

    On nous avait dit "ne reste pas longtemps à Yangon, il n'y a pas grand chose à voir" donc nous avons prévu d'y consacrer une grosse demi-journée. Quelle erreur ! Nous n'avons pas eu le temps de voir tout ce que l'on voulait voir. 

    Nous avions un hôtel (folklorique !) en plein centre historique de la ville. Nous avons donc décidé de commencer par visiter les pagodes plus au nord, telle que la Pagode Chaukhtatgyi avec son bouddha couché géant et en face la Pagode Ngahtatgyi avec son gigantesque bouddha assis. Trouver un taxi est plutôt simple, les birmans sont gentils, curieux et très aidants, ils adorent parler de leur pays et de leur culture. Ils parlent à peu près anglais et ne sont pas arnaqueurs. Par contre ils ont une addiction assez infecte qui est la chique. Ils chiquent constamment ! Ce qui entraîne : des crachats toutes les 30 secondes (même quand ils conduisent, ils ouvrent la porte et hop!) et des dents noires. 

    Nous enchaînons ensuite avec la Pagode Shwedagon, le must-see de Yangon. C'est en fait un ensemble de pagodes regroupées dans un même endroit, en haut d'une colline, avec au centre une énorme pagode en or. Les birmans passent beaucoup de temps dans les temples, ce sont de vrais espaces de prière et de vie : pour discuter, pour apprendre, pour ne rien faire, pour se balader. De notre point de vue, Shwedagon est un des plus beau temple qu'on n'ait jamais vu. De différentes architectures, contenant des reliques de Bouddhas, avec des entrées remarquables aux 4 points cardinaux, on peut dire qu'il ne laisse pas indifférent.

    En sortant, nous arrivons devant le People's park, un parc relativement grand qui donne sur la Pagode. Un peu de verdure, assez joli. On fait un tour dans le coin mais on ne s'éloigne pas trop car nous avons envie de retourner à la Pagode Shwedagon de nuit. Le soir il y a beaucoup moins de monde, quelques moines en prière, et surtout on découvre que les birmans aiment le kitsch : tous les bouddhas sont surplombés d'une auréole multicolore qui clignote, qui tourne, qui change de couleur. 

    Le dernier soir nous avons visité Botataung Paya et la Pagode Sule, très près de notre hôtel. Botataung Paya renferme une relique de Bouddha, un de ses cheveux. Celle-ci est au centre d'impressionnants couloirs tout en or.

    Nous constatons qu'il existe une vie nocturne assez prononcé. Les gens jouent au foot ou font leurs courses de nuit, des étals sur les trottoirs fleurissent, que ce soit pour acheter des vêtements, des objets ou à manger. Les birmans mangent beaucoup dans la rue, parfois presque à même le sol ou prennent des snacks à emporter. Ce qui permet de manger pour vraiment pas cher. 

    Yangon reste un endroit sale, ça sent mauvais un peu partout, comme souvent en Asie il y a beaucoup de chiens errants et surtout ils conduisent très mal. A leur décharge, ils ont des voitures anglaises (donc le volant à droite) sauf qu'ils circulent comme nous (donc ils roulent à droite) ce qui parfois rend les choses compliquées voire même dangereuses. Dans le pays il est possible de payer avec la monnaie locale, les kyats (prononcer "tchiat") mais également avec des dollars US, cela peut bien dépanner d'en avoir. Par contre veiller à ce qu'ils soient neufs ou alors en excellent état : à la moindre trace de pliage, de stylo ou autre, ils seront refusés. En règle général il vaut mieux payer en kyats, sinon les birmans arrondissent avec le taux de change pour qu'il soit à leur avantage.

    BAGAN

    Le lendemain matin très tôt (5h30!), départ pour Bagan ! Enfin pour Nyaung U, l'aéroport le plus proche de Bagan, à 4 km de là. Coup de chance, un des taxi que l'on a pris sur Yangon a contacté pour nous un taxi sur Bagan pour venir nous chercher. On estime qu'il y a plus de 4000 monuments (stupa, temples et pagodes) à Bagan, on a décidé de garder le chauffeur toute la journée pour qu'il nous montre les plus importants. Je ne vous conseillerais pas de faire cela : rentrez à votre hôtel, louez des vélos électriques, prenez un plan et visitez par vous-mêmes. Cela rend l'expérience beaucoup plus fortes et ça coûte moins cher ! 

    Notre chauffeur de taxi parlait mal anglais, ce qui est dommage car nous avions plein de questions sur Bagan, les temples, la ville, la Birmanie. En voiture, cela va vite d'un temple à un autre, on en a vu des dizaines, de toute style, de toute taille, de toute époque. Les monuments auraient été principalement construits entre le Xe et le XIIIe siècle, avec des influences diverses (d'Inde, du Tibet...). Notre taxi nous amène également dans une fabrique de laque, où tout se fait à la main. On nous explique la conception et nous montre les personnes qui travaillent - dans des conditions pas faciles. Pour la pause déjeuner, nous demandons à manger birman : il nous conduit dans un restaurant où l'on sert plein de petites assiettes sur la table. Ils appellent ça "buffet". On avait déjà vu ce système à Yangon. On ne choisit pas, ils servent plein de plats et on mange ce que l'on veut ; cela permet de goûter et ça vaut le coup ! Il nous emmène ensuite dans un village perdu au fin fond de Bagan où une femme nous fait visiter son village. C'est très rustique et "à l'ancienne", malgré tout ils marchent à l'énergie solaire ! Les femmes portent du thanaka, une pâte blanche, sorte de crème épaisse, qu'elles mettent sur le visage. Souvent deux grands ronds qui recouvrent les joues ! Cela permet de se protéger du soleil mais aussi d'hydrater la peau. En Birmanie, hommes et femmes portent une espèce de jupe, le longyi.

    En fin de journée, vers 17h30, direction un temple sur lequel on peut monter pour admirer le coucher de soleil. Très beau, avec un effet "découpage" du au contre-jour des temples sur le soleil. Cela nous met en appétit pour le lever de soleil, réputé comme un des plus beaux au monde. 

    Le lendemain, on veut être à 5h30 en haut de la pagode Shwesandaw pour avoir une bonne place et voir quelque chose. C'est la pagode la plus connue pour les levers et couchers de soleil, on s'attend à y voir du monde. Finalement, ce n'est pas aussi blindé que l'on aurait pu craindre. On a loué des electro-bike - scooters électriques, pas toujours faciles à manier dans le sable - pour la journée. Nous ne sommes pas déçus par le spectacle : les pagodes apparaissent au fur et à mesure que le soleil se lève, une brume se développe rendant l'endroit surnaturel et des montgolfières prennent leur envol pour donner à la vue une dimension encore plus surréaliste. 

    Tout le reste de la journée nous naviguons sur nos scooters, au gré de nos envies, sur les routes sablonneuses, à la découverte de temples plusieurs fois centenaires qu'on a l'impression d'être les premiers à repérer. Sentiment de liberté totale. 

    Nous sommes début décembre, il fait assez froid le soir (et le matin très tôt!) mais assez chaud dans la journée, donc prévoir de quoi se couvrir. De toute façon dans les temples, c'est bras et jambes obligatoirement couverts (d'où l'intérêt d'acheter un longyi) et pieds forcément nus.

    Vidéo lac Inle (2 min):

    LAC INLE

    Le lendemain, il nous faut déjà partir. Notre avion est à 7h55, direction Heho, l'aéroport le plus proche de Nyaungshwe, à 35 km. Il faut environ 1h30 de vol pour rejoindre Heho mais pas de chance, il y a retard sur retard, ce qui nous inquiète car nous avons peu de temps sur place : notre avion retour pour Yangon est le lendemain vers 16h. 

    Nous finissons par avoir un avion mais il est déjà tard. Une fois arrivés à Heho, nous n'avons pas de chauffeur de taxi. Nous en trouvons un qui propose un tarif assez cher pour rejoindre Nyaungshwe et ne veut pas en démordre. Nous trouvons alors 2 autres français également à la recherche d'un taxi pour le lac Inle et décidons de le partager. D'ailleurs, je vous conseille de faire la même chose car quasiment tout le monde va au même endroit, ça permet de réduire les frais et de rencontrer des gens ! 

    Il nous faut plus d'une heure pour arriver à Nyaungshwe et trouver notre hôtel. Nous leur demandons de nous dénicher un bateau qui peut nous faire visiter le lac Inle avant que le soleil se couche. C'est possible même si on verra pas tous les points intéressants. Pas grave, c'est parti ! 

    Le lac est incroyable, entre le reflet du ciel et l'horizon, on a l'impression que le ciel et le lac ne font qu'un. Les seuls éléments perturbateurs sont les oiseaux qui volent et se posent sur l'eau et les pêcheurs avec leur balancement du pied. 

    On commence par un resto sur l'eau car il est presque 15h et nous n'avons pas mangé ! Très sympa. Ensuite on enchaîne les visites. Tout ce fait sur l'eau, il y a littéralement un village sur le lac. Vie a priori rudimentaire mais assez impressionnante. Nous y voyons une fabrique d'ombrelles, de bijoux en argent, de tissus (lotus et soie) et fabrique de vêtements, de cigares, un forgeron, passage par le jardin flottant (et oui, vivre sur un lac n'empêche pas de cultiver fleurs et légumes !) et enfin arrêt par la Pagode Phaung Daw Oo La et le Monastère des chats sauteurs

    Le lendemain, nous louons des vélos à notre hôtel pour parcourir les alentours du lac, sur les terres. Nous descendons par le côté ouest du lac vers les sources d'eau chaude. Pendant le trajet, nous nous arrêtons dès que l'on croise quelque chose qui a retenu notre intérêt : stupas cachées, vue sur le lac en hauteur, temples. Pour les sources, nous n'avons pas pris notre maillot de bain mais je vous conseille de le faire si vous passez par là ! D'autant plus que la route est très accidentée, un bon bain d'eau chaude ne nous aurait pas fait de mal ! 

    Nous décidons ensuite de traverser le lac d'ouest en est et remonter ensuite vers notre hôtel à Nyaungshwe. Ce côté là des terres est moins sympa : il y a beaucoup plus de circulations dont plein de camions. Puis il commence à faire nuit, ça motive à rouler plus vite ! Ne pas oublier : malgré les apparences, ici on roule à droite. 

    Puis il est déjà temps de rentrer à Yangon pour la soirée puis à Singapour le lendemain matin. Cinq jours cela passe vite malgré que l'on se soit levé quasiment tous les jours à 5h ! On ne saurait trop vous conseiller de découvrir le Myanmar avant que certaines pratiques disparaissent ou que des constructions touristiques viennent gâcher les paysages encore sauvages. 

    Le Myanmar (Birmanie) en 5 jours

     

    Le Myanmar (Birmanie) en 5 jours

    Lever de soleil à Bagan     Lever de soleil à Bagan

    Le Myanmar (Birmanie) en 5 jours

       

    Le Myanmar (Birmanie) en 5 jours

    Un pêcheur sur le lac Inle   Le lac Inle 

    Le Myanmar (Birmanie) en 5 jours

      

     

    Pourquoi le pays est parfois appelé Birmanie et parfois Myanmar ? 

    Jusqu'en 1989, le pays était appelé la "Birmanie" (Burma). La junte militaire alors au pouvoir a arbitrairement changé le nom en "Myanmar". Certains pays ne reconnaissent pas ce changement de nom, qui a été imposé au peuple birman. Cela dit dans le pays, nous avons constaté que les birmans considéraient leur pays comme le Myanmar - comme le démontre la photo ci-contre.

     

     


    4 commentaires
  • Suite de la première partie.

    Nous avons demandé à être déposé et récupéré sur Pinagbuyutan Island (la dernière île du tour B). Conseils aux voyageurs : nous avions demandé à notre hôtel de l'organiser, ils demandaient 2500 pesos pour le trajet, 4000 pesos avec le déjeuner. Nous avons ensuite demandé à des locaux qui avaient des bateaux sur la plage de Marimegmeg et ils nous l'ont proposé pour 1200 pesos. 

    Leur bateau était tout petit, on tenait à peine dessus, mais le temps était magnifique, la mer assez calme comparée aux autres jours. Ils nous ont déposés sur l'île, petite, superbe, avec personne à part nous et 3 chèvres ! Sur l'île, un gros rocher au milieu et plein de palmiers autour font penser à Jurassik Park. Un peu d'herbe avant la plage, idéal pour poser sa serviette. La mer est peut profonde, cristalline. Nous avions acheté des sandwichs sur la plage et nous avons passé la journée là - le top! Comme on a été seul quasiment toute la journée, on a rebaptisé cette 'île "notre île" - à notre décharge son vrai nom est imprononçable ! 

    10 jours aux Philippines (2/2)

    Il était ensuite temps de quitter El Nido pour retourner sur Puerto Princesa une nuit avant de prendre la direction de Boracay

    10 jours aux Philippines (2/2)

    Pour aller de Palawan à Boracay, c'est assez compliqué. Nous avons du refaire escale à Manille. Dans les petits aéroports, tout est à l'ancienne : pesée des valises sur des énormes balances à aiguille et cartes d'embarquement faites à la main, cela demande un peu de temps. L'avion pour Manille était bien en retard et celui pour Kalibo également (le pire atterrissage de ma vie) donc au lieu d'arriver en fin d'après-midi, nous sommes arrivés en début de soirée. Nous prenions la compagnie Cebu Pacific; ce qui est assez drôle, c'est qu'ils font des jeux dans l'avion, quelque soit sa taille. En l'occurrence un blind test : une hôtesse chante un chant de Noël, les passagers doivent deviner le titre et vous gagnez des goodies. 

    Arrivés à Kalibo, il nous fallait trouver un mini-van pour Caticlan. Quasiment tous les mini-vans étaient réservés et pleins, nous n'en avons trouvé qu'un disponible pour 200 pesos. Il faut 1h30 pour arriver au port de Caticlan, où aucune indication n'est donnée, donc pour info (conseils aux voyageurs)
    - il faut d'abord passer au guichet pour payer la taxe environnemental (75 pesos)
    - passer par un 2e guichet (ils sont côté à côté mais à l'extérieur du terminal) pour payer la taxe du terminal (100 pesos)
    - ensuite seulement vous pouvez rentrer pour accéder aux bateaux - on vous demandera les 2 tickets pour vous laisser passer.

    Là non plus, aucune organisation : 2 portes qui donnent sur le port, aucune idée d'où il faut aller, où il faut faire la queue et quand les bateaux partent. Des personnes passent devant, d'autres sont recalées, on ne sait pas pourquoi.

    On a enfin le droit de passer et nous voyons un énorme ferry (de ceux qui transportent aussi voitures et bus) en train de débarquer et à côté 2 petits bateaux ballottés par les grosses vagues de la nuit. C'est là qu'on nous signale que nous devons aller prendre un de ces 2 bateaux. Rien que pour monter dessus, avec les vagues et les valises dans le noir, ça n'a pas été facile. Et le capitaine du bateau a triplé les prix de la traversée (100 pesos au lieu de 30).

    Heureusement, la traversée est assez courte (15 minutes) mais elle parait une éternité tellement les vagues font des creux de plusieurs mètres et qu'on a l'impression que le bateau va se retourner. D'autant que les gilets de sauvetage (pour une fois qu'on se dit que ça peut être utile!) tombent en miettes. J'aurais préféré le ferry ! Le seul avantage c'est qu'on arrive beaucoup plus tôt sur le port de Boracay, ce qui n'est pas négligeable car il est déjà 23h30. 

    De nombreux tricycles sont là à attendre les passagers pour les amener à leurs hôtels. Problème : notre hôtel n'est pas connu des différents tricycles que l'on sollicite. Finalement l'un d'entre eux accepte de nous emmener et nous dépose à l'entrée de la station 2 où nous allons marcher, galérer avec les valises dans le sable, demander à une dizaine de personnes dont 2 policiers de nous aider à trouver notre hôtel, mais personne ne connait. Au bout de 30 minutes, on rentre dans un autre hôtel en bord de plage pour demander de l'aide et nous sommes très bien reçus : ils appellent notre hôtel et l'agent de sécurité vient nous chercher. On est épuisé ! Au final, il nous a fallu 14h pour arriver jusqu'à notre chambre. Nous avons trouvé que le trajet pour Boracay était beaucoup plus compliqué que pour El Nido malgré ce que nous avons lu dans les guides et blogs. Sauf si vous passez par une agence qui s'occupe de tout - ce que j'aurais tendance à conseiller ! 

    10 jours aux Philippines (2/2)

    Boracay est une île de fête ! La plage White Beach fait penser à une île de Thailande type Ko Samui ou Bali côté Kuta, mais avec du sable plus fin, une eau plus turquoise et plus de palmiers. Dans certaines boîtes de nuit sur la plage, il faut avoir un casque sans fil pour entendre la musique, c'est très drôle de voir les gens danser sans entendre le son.

    Sur Boracay : 
    - nous avons passé un après-midi sur Puka beach, au nord de l'île. Mais au mois de décembre, il y a beaucoup de vent ce n'était pas très agréable. La plage reste très belle. 

    10 jours aux Philippines (2/2)


    - nous sommes allés faire un tour sur Bulabog Beach, sur la côté est. Beaucoup de vent également, de nombreuses écoles de kitesurf se sont d'ailleurs installées là. Des dizaines et des dizaines de voiles flottent dans les airs, faisant virevolter leurs pratiquants.

    10 jours aux Philippines (2/2)


    - tous les restaurants, bars et boîtes se trouvent essentiellement sur White Beach, sur la côté ouest, longue d'environ 5 km et divisée en 3 stations. A cette époque de l'année (fin décembre), elle est plus protégée du vent, donc plus agréable. Et elle porte bien son nom : sable fin d'un blanc incroyable, eau turquoise, plein de palmiers en bord de plage. La station 1 est l'endroit le moins animé de la plage; la majorité des bars et restos se situent entre les stations 2 et 3.

    10 jours aux Philippines (2/2)

    Pour le retour sur Singapour, le voyage a été un peu compliqué. Au port pour retourner sur Caticlan, aucune organisation. Beaucoup de monde, beaucoup de queue, pas d'indication. Ne pas oublier de payer la taxe du terminal (encore) avant d'acheter le ticket pour le bateau. Nous étions habillés prêts à prendre l'avion, avec les valises. Arrivée sur Caticlan, au lieu de nous débarquer sur le port, ils nous ont débarqué sur la plage ! Au milieu des vagues et du sable remué.... j'ai du jeter mes chaussures, après ça elles étaient foutues et changer de pantalon à l'aéroport. 

    Bon à savoir sur les Philippines :
    - Il y a beaucoup de mots en espagnol aux Philippines du à la longue colonisation hispanique mais cette langue est peu parlée par la population. On la retrouve dans la dénomination de la population locale "filipino" / "filipina", certains noms de plage comme "Las Cabañas". Le filipino est d'ailleurs la langue nationale.

    - Attention : à l'aéroport au moment de quitter l'île, prévoyez de l'argent pour payer la taxe d'aéroport de 550 pesos.  

    -Quasiment tous nos vols ont eu du retard, d'autres vols ont été annulés, l'organisation en général est très mauvaise donc ne pas prévoir des timings trop courts. 

    - Nous avons constatés que certains guides de voyage donnent beaucoup de précaution (réserver en avance...) alors que sur place en réalité, c'est beaucoup plus relax. 

    - Dans tous les hôtels et restaurants où nous avons été, du wifi était disponible mais fonctionne très très mal donc ne pas compter dessus.

    Dans l'ensemble, voyage incroyable, les Philippines sont vraiment un endroit magnifique, particulièrement l'archipel de Bacuit. Par contre je conseille d'éviter les îles trop éloignées et galères d'accès. Il vaut mieux aller d'îles en îles, facilement, et prendre le temps de voir et voyager. 

    Pour (re)voir la vidéo qui illustre notre voyage : 

     


    votre commentaire
  • Nous qui pensions que Philippines rimaient avec repos, calme et sérénité, nous nous sommes bien trompés ! Dans la réalité, Philippines rime avec aventures... en tout cas, notre expérience de 10 jours là bas s'est passée comme ça.

    Suite à diverses recherches sur Internet (guides, forums, blogs...), nous avons choisi le programme suivant : 
    - 4 jours plein sur l'île de Palawan, à El Nido pour profiter de l'archipel de Bacuit, réputé comme étant l'endroit le plus beau des Philippines

    - 2 jours plein sur l'île de Boracay, connue pour sa longue plage de sable blanc et ses airs de fiesta.

    Illustration en 2'08 : 

    Notre voyage a bien commencé avec notre arrivée délicate à Palawan en avion après escale à Manille. Au moment de l'atterrissage, en pleine descente, les trains à peine sortis, nous entendons les moteurs qui ré-accélèrent et tout à coup on reprend de l'altitude rapidement. Le pilote nous annonce qu'il y a trop de vent et donc qu'il n'est pas sûr de pouvoir atterrir. Qu'il allait retenter mais que si ce n'était pas possible, nous devrions retourner à Manille. Petit moment d'inquiétude dans l'avion mais finalement atterrissage parfaitement maîtrisé, nous voilà arrivé à Puerto Princesa ! L'hôtel réservé est à moins de 10 minutes à pied de l'aéroport, très pratique ! On y réserve pour le lendemain 8h un mini-van qui doit nous emmener en 5h-6h à El Nido pour 700 pesos.

    10 jours aux Philippines (1/2)

    Conseil aux voyageurs : prévoir assez de cash en pesos pour se rendre à El Nido car pas d'ATM là-bas et peu de restaurants et d'hôtels prennent la CB. Avoir des US dollars pour faire du change peut également s'avérer utile.

    Arrivée à El Nido à 14h devant l'hôtel : la route est longue et fatigante car très mauvaise (parfois pas terminée!) et avec beaucoup de lacets, les mini-vans ne sont pas très confortables et on est ballotté à certains moments. En traversant l'île, on se rend compte que les Philippines sont un pays très pauvre. Au bord de route, on croise des poules, des chiens (comme dans toute l'Asie) mais aussi des buffles et des cochons ! 

    L'hôtel est à l'entrée de la ville, à 5 minutes de la plage et de la rue animée. Il est composé de huttes typiquement philippines. Nous avons la cabane la plus proche de la rue, qui est loin d'être calme : karaoké (les philippins chantent tout le temps et ils adorent ce qu'ils appellent le vidéoké), chants de Noël à gogo, discothèque pas loin, coqs qui chantent constamment, tricycles à toute heure du jour et de la nuit. On est loin du havre de paix que l'on avait imaginé !

    Nous avions prévu de changer d'hôtel au bout de 3 nuits. Notre deuxième hôtel n'était pas à El Nido même mais à 10 minutes en voiture ou tricycles, juste en face de la plage de Las Cabañas. L'hôtel peut affréter une navette pour El Nido au besoin de ses clients et le dîner est inclus. Cette fois c'était un vrai hôtel avec des murs et des fenêtres (!) mais entre la forêt et la mer donc plein de petites bêtes ! 

    Bon à savoir: 
    - En règle général sur l'île, pas d'électricité entre 6h et 14h. 
    - La majorité des restaurants proposent pizza, pâtes et burgers. Régime spécial touristes, pas vraiment typique !

    10 jours aux Philippines (1/2) 

    On parle beaucoup de tricycle, mais qu'est-ce que c'est ? En fait c'est une mobylette à laquelle on a accroché sur le côté un socle avec toit contenant des places assises. C'est totalement artisanal. Les tricycles peuvent varier en fonction des îles mais le concept reste le même. 

    10 jours aux Philippines

    Que peut-on faire à El Nido ?
    - se rendre à la plage de Las Cabañas, ancienne appelée Marimegmeg, beaucoup plus belle que celle d'El Nido où finalement très peu de personne se baigne. Peu de choix pour manger (3 options) et en général, comme souvent en Asie, le service est d'une lenteur épouvantable ! A prendre en compte si vous avez un impératif.
    - faire un des 4 tours dans l'archipel de Bacuit proposés par tous les hôtels et agences de la ville (nommés A,B,C et D) : les tours sont standards, les prix aussi (marge de manœuvre de négociation existante mais faible). Ils permettent en quelques heures de faire le tour des plages cachées ou secrètes de l'archipel, du snorkeling, des visites de caves...
    - demander à être déposé et récupéré sur une île de votre choix.

    Nous avons fait les tours A et C sur 2 jours. Les agences proposent parfois de faire 2 tours dans la même journée, je ne conseille pas, c'est fait rapidement et c'est dommage de passer plus de temps sur le bateau que dans des endroits magnifiques.

    En général les tours ont lieux entre 6 et 10 personnes, sur un bateau à moteur plutôt petits où de chaque côté ont été rajoutés de longs bouts de bois pour permettre à l'embarcation d'être plus équilibrée. Et ça nous a bien servi ! En voici un exemple :

    10 jours aux Philippines (1/2)

    Ne pas avoir peur d'être mouillé parce que vous allez l'être, on est embarqué et débarqué par la plage et quand nous y étions, il y avait pas mal de vagues, c'était assez agité.

    Pendant le tour A, vous allez voir : 
    - le lagon secret : on vous fait sauter à l'eau au milieu de nulle part à côté de gros rochers en vous disant de vous rendre dans un creux dans les rochers. Un fois que vous êtes rentrés à l'intérieur, vous découvrez un petit lagon magnifique, assez haut, d'une couleur turquoise fantastique. On a été subjugué, d'autant qu'il n'y avait que nous à ce moment là. Si possible à faire en premier, une fois que tous les touristes sont passés, l'eau est moins belle car la vase et le sable ont été remués et c'est un peu dommageConseils aux voyageurs : si vous avez des sandales ou des chaussons, prenez-les, les rochers sont très coupants, je suis revenue avec les pieds écorchés et en sang (pas de tongs, vous allez les perdre). Et si vous avez des masques, tubas et/ou palmes, à prendre également.

    - le petit lagon : le bateau nous emmène ensuite à l'entrée d'un autre lagon. Il est beaucoup plus grand mais également magnifique, on peut en faire le tour à la nage, et découvrir une grotte secrète. A un moment on était tout seul au milieu du lagon, c'est magique.  Conseils aux voyageurs : prévoyez de la crème solaire, le soleil a tendance à taper encore plus sur un bateau avec la réflexion de l'eau.

    - le grand lagon: ce lagon est très beau également, mais tellement grand que l'on ne peut en faire le tour qu'en bateau. Il y avait pas mal de bateaux en même temps que nous et le temps s'était couvert à ce moment là, rendant l'endroit superbe mais moins incroyable que dans d'autres conditions. 

    - nous aurions du débarquer sur l'île de Shimizu pour déjeuner mais l'équipage a préféré nous laisser faire du snorkeling pendant qu'ils préparaient le déjeuner sur le bateau. Le repas était très copieux (moules, poissons entiers, poulet, porc, riz, salades...) mais c'est un peu difficile de manger sur un bateau qui tangue. 

    - la plage 7 commando : on termine par une pause plage, mais comme il y a beaucoup de vagues, ce n'est pas facile de se baigner. Cela permet une petite pause noix de coco fraîche sur le bar de la plage. Excellent ! 

    Nous avons été très content de notre tour, même s'il faisait un peu couvert et beaucoup de vents (et donc de vagues) et qu'il a plu légèrement à 2 moments. Un typhon est passé par là la semaine précédent notre arrivée, on suppose que c'est la raison pour laquelle le beau temps n'était pas encore revenu. Le tour A est le tour le plus populaire donc parfois il y a vraiment du monde mais cela reste calme et très agréable. 

    10 jours aux Philippines (1/2)

    Sur le Tour C, nous n'avons pas eu de chance, il a fait très mauvais, beaucoup de vagues et de pluie. Le trajet en bateau avec des creux importants peut être impressionnant et fatiguant. Si le temps n'est pas bon, le tour peut être annulé.

    Vous passerez par : 
    - Hidden beach : vous êtes mis à l'eau et devez rejoindre un petit chemin entre les rochers dans la mer qui vous amènera une plage cachée vraiment magnifique et peu profonde, protégée des vagues et du vent. Par contre s'il fait mauvais temps, attention aux vagues qui vous envoient sur les rochers et prévoyez des chaussures en plastiques. Les rochers sont très coupants, on a tous finis les pieds en sang. 

    -Secret beach : vous êtes également mis à l'eau et vous devez passer à la nage dans un trou dans les rochers pour accéder à une plage secrète, vraiment superbe. Par contre cela peut être vraiment dangereux car les vagues parfois recouvrent tout le trou par lequel on doit passer. Heureusement les accompagnateurs vous aident à vous frayer un chemin mais il faut être bon nageur.

    - Entalula Island : plage sympa où l'on s'arrête pour manger - comme tous les autres bateaux du Tour C. BBQ sur la plage préparé par l'équipage : crabes entiers, poulets, riz, crudités et fruits.

    - nous aurions du passer voir le Matinloc Shrine mais la mer était trop mauvaise, nous n'avons pas pu y accéder.

    - Helicopter beach : fin de la balade sur cette plage où il n'y a rien. Possibilité de faire du snorkeling si vous avez prévu masques et tubas.

    Conseils aux voyageurs : pour les 2 tours, si vous avez la possibilité d'attendre qu'il fasse vraiment beau pour les faire, reportez, ça vaut vraiment le coup. Les couleurs sont nettement moins belles quand il fait couvert. De plus, le tour C peut être vraiment dangereux par mauvais temps.

    Suite de l'aventure sur Palawan puis Boracay 

     

     


    votre commentaire
  • Envie de vous évader pas loin de Bangkok ? Rendez-vous sur l’île de Ko Samet (ou Koh Samed selon les guides) ! 

    Comme toutes les îles de Thailande, vous ne prenez pas de gros risque si vous cherchez du sable blanc et fin, une mer turquoise et chaude et de bons repas pas chers.

    Petit tour de l'île en 1'13 :

    L’île est en longueur et composée de différentes criques ou plages, sur lesquelles sont implantées guest houses et restaurants, et dans certains coins animés, bars et boites pour faire la fête. Ici aussi il y a des full moon party ! Si vous cherchez du calme, venir plutôt en semaine car le week-end, tout Bangkok débarque et les hôtels et plages sont vite full. 

    Le tour de l’île se fait en environ 45 min à pied, plus rapide par la route que par les plages car entre 2 criques, il faut parfois passer par des rochers et de la forêt, ce n’est pas toujours facile d’accès. Si vous avez la flemme de marcher, 2 options : la location de scooters ou le taxi pickup. 

    Nous avons fait une journée de bateau (boat trip) avec 6 arrêts dont 2 de snorkeling, déjeuner compris. Si vous le faites pour voir des poissons, je ne vous le conseille pas : il n’y a quasiment pas de coraux car les pécheurs pêchent à la dynamite dans ce coin et donc la faune et la flore marines sont abîmées et très pauvres. Par contre si vous souhaitez voir autre chose que Ko Samet, c’est assez sympa : on nous dépose sur 3 – 4 petites îles pour se baigner et profiter de la mer. 

    Conseils pour choisir votre hôtel : ne prenez pas votre chambre tout de suite au débarcadère, l’endroit n’est pas agréable, il vaut mieux descendre à la 2e plage au moins pour que ça soit sympa. Je ne vous conseillerais pas non plus de descendre tout en bas de l’île, plus difficile d’accès si vous souhaitez changer de plage pour dîner ou prendre un verre. Il y a régulièrement des travaux d’agrandissement ou de rénovation sur l’île donc demander si c’est le cas lors du choix de votre bungalow, ça vous évitera d’être réveillé entre 7h30 et 8h tous les matins à coup de perceuse. L’idéal est de prendre une ou 2 nuits dans un guest house, de voir si cela vous convient et sinon, en faisant le tour de l’île, trouver un hôtel qui vous irait mieux.

    Comment y aller : de Bangkok, prendre le bus à la gare d’Ekkamai (BTS station, sur la Sukhumvit ligne - verte) pour Ban Phe et de là un ferry pour Ko Samet. Attention, se renseigner sur les horaires du bus, il n’y en a pas tout le temps. Prendre celui de 13h maximum si vous voulez avoir le temps de prendre le ferry à Ban Phe car il faut compter entre 3h30 et 4h pour rejoindre le port. Ensuite c’est 40 minutes de ferry sauf si vous prenez un speed boat – plus cher. Le ferry sur le ponton en face de la gare de bus part dès qu’il y a plus de 20 personnes à bord et le dernier est vers 18h. Prévoir du cash pour arriver sur l’île car il faut payer des taxes, étant considérée comme un parc naturel et donc protégé.

    A vous de juger ! 

    L’île de Ko Samet – Thaïlande

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Conseils hôtel à Ko Samet

     


    votre commentaire
  • Quelques péripéties sur ce voyage qui n'a pourtant duré que 3 jours. Si vous souhaitez bien voir ces 2 lieux, je vous conseillerais de rester plus longtemps : au moins 1 nuit sur la baie d'Halong (en fonction du temps, rester plus longtemps ne vaut pas forcément le coup) et au moins une journée pleine à Hanoi (d'autant que certains monuments ou temples ferment tôt). 

    Le Vietnam, et surtout le nord, est connu pour ses arnaques. Je pense que nous en avons fait les frais. Nous avions réservé 10 jours avant notre départ une nuit sur un bateau sur la baie d'Halong avec transport de et vers Hanoi, qui nous a été confirmé par l'hôtel. La veille de notre départ, le bateau nous signale que finalement ils ne peuvent pas assurer notre réservation et sont obligés de l'annuler. Ils nous proposent un autre bateau assez louche (très peu d'informations ou de commentaires dessus sur Internet) et beaucoup plus cher, que nous refusons en nous disant que l'on verrait avec notre hôtel à Hanoi.

    Nous avons demandé à l'hôtel de venir nous chercher à l'aéroport - prix équivalent à un taxi. Le trajet entre le centre historique et l'aéroport a bien duré une heure. En même temps, la circulation au Vietnam c'est quelque chose de particulier !

    Quand nous leur avons demandé de nous trouver un bateau pour le lendemain, ils nous ont d'abord proposé un bateau pas trop cher, bateau que l'on a retrouvé un peu partout dans tous les points excursions de la ville, que nous soupçonnons d'être un produit d'appel. Nous avons accepté et payé. Une demi-heure plus tard, l'hôtel nous signale que ce bateau est en fait complet et nous en propose un autre plus cher - bien sûr. Faute d'autre plan, nous avons accepté.

    Le lendemain vers 8h, une navette est venue nous chercher pour nous emmener, avec d'autres touristes, sur le bateau. Tant que l'autoroute ne sera pas terminée, le trajet est assez long. Compter 3h30 avec une pause obligatoire d'1/2h à mi-chemin dans un centre construit par le gouvernement pour aider les handicapés et où bien sûr vous devez passer par de nombreux stands vendant de l'artisanat local avant d'arriver à la cafétéria. 

    L'avantage de passer avec un guide, c'est qu'il s'occupe de tout. Arrivés à la baie d'Halong, il se charge d'aller chercher les tickets ce qui n'est pas du luxe si on ne veut pas perdre 30 minutes devant les différents guichets à comparer les centaines d'offres. Direction ensuite le bateau avec collation de bienvenue puis attribution des chambres avant de déjeuner. Le repas est servi au fur et à mesure, avec des spécialités locales, on a bien du goûter 5 ou 6 plats - très bons ! En plus c'est agréable de voir le paysage changer et les différentes îles de la baie défiler.

    Pour l'après-midi, on nous débarque sur une plage sur une des îles mais le temps ne se prête pas trop à la baignade. En ce début novembre, il fait un peu frais et surtout très couvert, avec une brume qui recouvre la baie et nous empêche de profiter à fond du paysage. Il semblerait que la meilleure période, la plus clair, soit de juin à août. Il doit pleuvoir régulièrement mais les éclaircis doivent valoir le coup d’œil. On monte tout en haut de la colline pour avoir un beau panorama. Au passage, on croise quelques singes.

    Ensuite direction la grotte Sung Sot dite "surprenante", avec 3 cavités de plus en plus grandes, des découvertes archéologiques intéressantes et des légendes associés à certaines stalagmites et stalactites aux formes particulières.

    De retour sur le bateau, collation de fruits et de vin vietnamien (no comment) avant de nous donner un cours de cuisine pour savoir comment faire des rouleaux de printemps. Dans l'absolu ce n'est pas très compliqué, mais cela permet de passer un moment convivial avec les autres passagers et de commencer l'apéritif.

    Temps libre jusqu'au dîner, servi comme le déjeuner. Le soir, on peut s'initier à la pêche aux calamars avec des poissons en plastique vert fluo (et ça a failli marché!) et faire du karaoké - les vietnamiens en sont très friands, attention aux oreilles !

    Le lendemain, un cours de Tai Chi est proposé à 6h30 sur le pont. Sinon pour tout le monde, c'est petit déjeuner en mode buffet à 7h.

    Rendez-vous ensuite pour faire du kayak dans un endroit de la baie inaccessible aux bateaux. On peut voir quelques singes dans les arbres qui bordent la falaise, l'endroit est joli mais il y a un peu de monde. 

    De retour au bateau, on nous emmène dans un élevage d'huîtres à perle, en nous expliquant tout le processus depuis la naissance de l'huître jusqu'à la récolte de la perle et la création de bijoux. 

    Il est temps ensuite de rendre les cabines, de profiter du dernier repas à bord sous forme de buffet avant de débarquer et de refaire le chemin inverse pour Hanoi. 

    Le temps d'arriver à Hanoi où la circulation est toujours impossible puis à notre hôtel et de repartir découvrir un peu la ville, il est déjà trop tard pour visiter les monuments et temples intéressants. On prend quand même un taxi pour nous déposer devant la pagode Trấn Quốc, la plus ancienne de Hanoi. Hanoi est une ville agréable, la circulation est moins dense qu'à Hô Chi Minh (même s'ils ne respectent pas les feux de signalisation et que les trottoirs servent de parking pour scooters ou emplacement de restauration !) et il y a beaucoup de lacs. On descend ensuite vers le palais présidentiel, le mausolée Hô Chi Minh construit en 1975 qui abrite la dépouille de Hô Chi Minh décédé en 1969. La balade à travers la ville nous emmène vers la vieille citadelle puis vers le temple de la littérature. Le marché de nuit est également sympathique, même s'il y a beaucoup de produits importés et peu de produits artisanaux.

    Nous n'avons pas eu le temps de voir plus de choses, il commençait à se faire tard, on est donc allé dîné car le lendemain on repartait tôt pour l'aéroport.

    Hanoi et la baie d'Halong Hanoi et la baie d'Halong Hanoi et la baie d'Halong Hanoi et la baie d'Halong
    Un bateau de croisière Village flottant  L'île Soi Sim Les singes de l'île
           
    Hanoi et la baie d'Halong Hanoi et la baie d'Halong Hanoi et la baie d'Halong Hanoi et la baie d'Halong
    La baie vue de l'île La baie vue de l'île La plage de l'île La sortie de la grotte
           
    Hanoi et la baie d'Halong Hanoi et la baie d'Halong Hanoi et la baie d'Halong Hanoi et la baie d'Halong
    La baie vue de la grotte Centre de perliculture Un maison flottante En croisière
           
    Hanoi et la baie d'Halong Hanoi et la baie d'Halong Hanoi et la baie d'Halong Hanoi et la baie d'Halong
    Dans la grotte Dans la grotte La cathédrale St Joseph Dans la cathédrale
           
    Hanoi et la baie d'Halong Hanoi et la baie d'Halong Hanoi et la baie d'Halong Hanoi et la baie d'Halong
    La pagode Trấn Quốc Le palais présidentiel Le mausolée Hô Chi Minh La citadelle
           
    Hanoi et la baie d'Halong Hanoi et la baie d'Halong    
    Trottoir comme parking... ... ou restaurant !    

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique